EXPLORATION SPATIALE - LE BLOG DE PIERRE BRISSON

juillet 2024

Les premiers passagers pour Mars seront médecins !

L’intérêt spécifique de la première mission habitée pour Mars étant les hommes, il faudra avant tout des médecins pour en prendre soin, outre deux pilotes pour passer les moments difficiles de l’EDL puis du redécollage. Ce seront deux (redondance sécurité) chirurgiens avec compétences de généraliste, car s’il y aura bien des fractures ou des appendicites, il y aura aussi d’autres pathologies. Il y aura 2 dentistes (dents gâtées !) et ils devront aussi être stomatologues, anesthésistes et prothésistes et en charge de l’utilisation des imprimantes 3D qui seront des outils fondamentaux pour pallier tout oubli d’outil sur Terre ou faire face à toute réparation d’instrument ou d’équipement. Il y aura 2 microbiologistes qui seront aussi bien épidémiologistes qu’exobiologistes, que radiologues et qu’inspecteurs sanitaires, car il ne faudra pas que les microbiotes, communs et de chacun, dérapent. Ils seront aussi plombiers et chargés du recyclage. Il y aura 2 nutritionnistes qui seront également agronomes, car il faudra se nourrir de façon la plus efficace et la plus saine possibles à partir des provisions embarquées et des produits frais produits en serre sur Mars. Il y aura enfin 2 psychologues, car les relations humaines seront à surveiller comme le lait sur le feu.

Lire plus >>

Ariane-6 après son « maiden-flight », va devoir affronter la concurrence de Space-X. C’est « loin d’être gagné »!

Comme chacun le sait maintenant, le premier lancement (« vol inaugural ») d’Ariane-6 a été un succès « presque parfait ». Le bémol étant dû à l’échec du troisième allumage du moteur Vinci de son second étage, en raison d’une défaillance de son « APU ». En espérant qu’ArianeGroup parvienne à sécuriser le fonctionnement de cet « auxiliaire » important mais capricieux, l’Europe sera donc de retour bientôt comme acteur du spatial mondial. Dans ce contexte il faudra qu’elle puisse économiquement tenir suffisamment longtemps avec des lancements à perte, pour bénéficier d’économies d’échelle dans ses coûts, face à la concurrence de SpaceX « en pleine forme ». Concernant les capacités vers l’espace profond, il faut déplorer que la nouvelle fusée soit destinée essentiellement à l’« espace pour la Terre » et qu’on n’envisage toujours pas le vol habité.

Lire plus >>

First landing

Nous sommes en février 2034. Le starship « Elon I trust you » est sur le point d’atterrir sur Mars. Il a quitté la Terre en août 2033. C’était pendant la quatrième des fenêtres de tirs qui se sont ouvertes puis refermées depuis janvier 2027. Celle de 2027 était la première mission robotique sérieuse pour préparer cette mission habitée dont nous parlons aujourd’hui. Le lancement de Novembre 2024 est ajouté par certains aux quatre autres. Mais à tort car c’était un test d’injection interplanétaire, sans aucune prétention à atteindre et encore plus à se poser sur Mars. Elon Musk en avait profité pour en faire un événement fantasque comme en février 2018 lors du premier vol de Falcon Heavy (« roadster » Tesla). Cette fois-ci, il avait mis « aux commandes » de son starship un mannequin qui, selon certains, ressemblait curieusement à son rival Jeff Bezos, en lui souhaitant « Have a good trip ! »).
Dans ce nouvel article je raconte comment s’est passé l’arrivée sur Mars de la première mission habitée. Les priorités et les multiples actions auxquelles il faut penser.

Lire plus >>

À propos de ce blog

Pierre Brisson, président de la Mars Society Switzerland, membre du comité directeur de l’Association Planète Mars (France), économiste de formation (University of Virginia), ancien banquier d’entreprises de profession, planétologue depuis toujours

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 88 autres abonnés